© 2019 EFFATA Coaching Services

Je continue à me plaindre ou j'avance ?

September 23, 2015

Vous avez probablement autour de vous des gens qui passent une bonne partie de leur temps à se plaindre ou pire : à critiquer les autres.  En tant que coach, ce type de comportement m’interpelle, par conséquent j’essaye de comprendre ce qui se passe, de percevoir l’impact de ce comportement sur la personne et la façon dont je réagis face à ce type de comportement chez un autre.

 

La plainte est souvent liée à un sentiment d’impuissance : la personne vit une situation difficile ou une situation nouvelle, c.à.d. deux types de situations qui demandent de la créativité et une prise de responsabilité pour dépasser cette situation d’inconfort. Or, notre inconscient n’aime pas l’inconnu, il préfère rester dans l’inconfort d’une situation connue, que d’aller vers l’inconnu pour trouver plus de confort. Notre cerveau qui fonctionne majoritairement en mode automatique aime surtout les situations simples et bien connues. Les neurosciences nous apprennent qu’il peut y avoir dans notre tête comme une lutte entre le mode mental automatique et le mode mental adaptatif. Le mode mental automatique qui gère la très grande majorité de nos décisions est très rapide et efficace tant qu’il s’agit de situations connues. Lorsqu’il est face à une situation nouvelle ou complexe, il ne trouve pas le bon programme pour traiter le problème, ce n’est pas pour autant qu’il laisse la main à son petit frère, le mode mental adaptatif, siège du raisonnement. Au contraire, il a tendance à être en compétition avec lui et comme il est le plus rapide, il garde le monopole… Le programme le plus facile à activer à ce moment là, c’est la plainte : c’est trop injuste, tout le monde est contre moi, c’est dégueulasse, c’est toujours la même chose, ça ne marchera jamais, quelle bande de c…

 

L’impact de ce comportement sur la personne qui se plaint est assez interpellant : la personne se positionne en victime, ne prend aucune décision, continue à se plaindre et étend la portée de ses plaintes, son énergie intérieure baisse, elle voit de plus en plus le monde extérieure comme hostile, la victime c’est elle. C’est une spirale qui paralyse et détruit petit à petit. De plus, ce virus est contagieux. Quand vous côtoyer quelqu’un qui se plaint, faites attention !

 

Lorsque le comportement de quelqu’un m’agace,  cela signifie souvent que j’ai aussi, au moins un peu, ce comportement en moi, probablement de façon inconsciente. Et maintenant que j’y suis attentif, je me surprends régulièrement en train de me plaindre. Ayant conscientisé ce qui se passe en moi, je peux dès lors arrêter ce programme infernal et donner la main à mon mode mental adaptatif qui m’aidera à prendre mes responsabilités pour continuer à être non pas la victime, mais l’acteur de ma vie.

 

C’est décidé : à partir d’aujourd’hui j’arrête de me plaindre !

 

Que votre vie soit belle.

 

Pierre

Please reload

Articles à l'affiche

J’ai toujours le choix…

August 31, 2015

1/1
Please reload

Articles récents

June 27, 2016

November 29, 2015

November 18, 2015

Please reload

Archive